Photos

photodir
Directeur de l’ESSA

troisj

c
cérémonie officielle : Sortie de la promotion VAHATRA

b

 

Publicités

Protégé :

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Description de la Mention IAA-GPTT/DPIQ

Description de la Mention Industries Agricoles et Alimentaires

INTITULE DE LA MENTION : INDUSTRIES AGRICOLES ET ALIMENTAIRES

Domaine de rattachement :

SCIENCES DE L’INGENIEUR (SI) – (SCIENCES AGRONOMIQUES ET ENVIRONNEMENTALES)

Grade de mention : MASTER

Responsable de la mention : Dr.  Fanjaniaina Fawbush RAZAFIMBELO

 

Organisation des Parcours dans la mention

DESCRIPTION DE LA MENTION
Grade : M Intitulé de la mention : Industries Agricoles et Alimentaires (IAA)
Semestre

Parcours

S10

Génie des Procédés et Technologie de Transformation
GPTT
Développement de Projets, Innovation et Qualité
DPIQ

S9

S8

Connaissances de base de l’ingénierie et initiation à la recherche

S7

Conditions et modalités d’accès :

Afin d’accéder à la formation de Master dans la mention Génie des Procédés et Technologies de Transformation et Développement de Projets, Innovation et Qualité

 

Pour accéder à la formation Il faut être titulaire Sélection
Master (M1) Licence en agronomie générale (180 crédits) ou une licence pertinente liée à la formation Selon les places disponibles après examen du dossier et avis de la Commission de sélection

Parcours 1 :
Génie des Procédés et Technologies de Transformation

Domaine/Grade/Mention concernée :

Sciences de l’Ingénieur (SI)-Sciences Agronomiques et Environnementales / MASTER / Industries Agricoles et Alimentaires

Vocation principale du cours : indifférenciée

Responsable du Parcours :Dr  Randrianary Jean Baptiste RAMAROSON

Tél: +26133 11 438 20  E-mail : iaa.gptt@gmail.com

Noms des membres de l’équipe de formation :

  • Dr BAKAR II
  • Dr RABE Ravelona Manda
  • Dr RAHOERASON Mamy Vony Hanta
  • Pt RAMANOELINA A. R. Panja
  • Dr RAMAROSON Randrianary Jean Baptiste
  • Dr RANDRIAMAHOLISOA Charles Oyverné
  • Dr RANDRIATIANA Richard
  • Pt RAONIZAFINIMANANA Béatrice
  • Pt RASOARAHONA Jean Roger E.
  • Dr RAZAFIMBELO Fanjaniaina Fawbush
  • Pr RAZAFINDRAJAONA Jean Marie
  • Dr RAZAFIMAMONJY Dina Gaylor

 

Langue d’enseignement : Français, Anglais, Malagasy

La langue d’enseignement est le Français mais des cours et séminaires en  Anglais sont aussi programmés. Le Malgache en tant que langue officielle pourra être utilisé pour compléments d’explication dans les cours, les travaux dirigés et travaux pratiques surtout sur site pédagogique et les sorties du moment que les participants parlent tous le malgache.

Objectif de la formation :

Transférer des connaissances scientifiques et des techniques de recherche de base nécessaires pour la conduite de recherches du domaine des industries agricoles et alimentaires ; Former des cadres capables de répondre à des enjeux majeurs : promouvoir l’agriculture en contribuant à la chaîne de valeurs des produits agricoles à travers la promotion de la conservation et de la transformation grâce à la maîtrise des procédés de conservation et de transformation ;Former des chefs d’entreprises privées  ou des chefs d’usine d’industries de transformation agro-alimentaire opérationnels.

 Organisation du parcours en UE :

Intitulé des Unités d’Enseignement Crédit
Semestre 7  
UE7.1 – Connaissance de l’Entreprise Agro-Alimentaire I 3
UE7.2 –Sciences de l’Ingénieur IAA  I 12
UE7.3 –Sciences des Aliments I 6
UE7.4 – Communication et Langues I 4
UE7.5 – Méthodologie de Recherche I 3
UE7.6 – Optionnelles Libres 2
Total – semestre 7 30
Semestre 8  
UE8.1 – Connaissances de l’Entreprise Agro-Alimentaire II 5
UE8.2 –Technologies de Transformation 4
UE8.3 –Sciences de l’Ingénieur IAA II 6
UE8.4 –Evaluation de la Qualité I 7
UE8.5 – Environnement Technique de l’Entreprise AA 6
UE8.5 – Optionnelles Libres 2
Total – semestre 8 30
Semestre 9  
UE9.1 –Création et Gestion d’Entreprise 6
UE9.2 –Sciences des Aliments II 4
UE9.3 – Evaluation de la Qualité 4
UE9.4 – Biotechnologies 7
UE9.5 –Cas concrets 4
UE9.6 – Méthodologie de la Recherche II 3
UE9.7 – Optionnelles Libres 2
Total – semestre 9 30
Semestre 10  
UE10.1 – Mémoire de fin d’études 30
Total – semestre 10 30
TOTAL 120

Organisation de la formation :

Ce programme de MASTER est constitué de 4 semestres, dont le premier semestre est dédié à l’acquisition des méthodes de recherche et des techniques de l’ingénierie nécessaire pour cette mention

Poursuite des études :

A l’issue de leurs études en Sciences de l’Ingénieur de la mention « Industries Agricoles Et Alimentaires », l’étudiant va pourvoir choisir soit une carrière professionnelle, soit d’entrer dans le domaine de la recherche ou poursuivre une étude doctorale académique  et/ou éventuellement choisir une carrière académique.

DESCRIPTION DES UE

PARCOURS 1 – Genie des Procedes et TechnologieS de Transformation (DPIQ)

Sciences Agronomiques et Environnementales / MASTER / Industries Agricoles et Alimentaires (IAA)

Responsable du Parcours :Dr FAWBUSH RAZAFIMBELO Fanjaniaina

tél: +261 33 28 512 59  E-mail : fanjafawbush@gmail.com

Organisation du parcours en UE :

Intitulé des Unités d’Enseignement Crédit
Semestre 7  
UE7.1 – Connaissance de l’Entreprise Agro-Alimentaire I 3
UE7.2 –Sciences de l’Ingénieur IAA  I 12
UE7.3 –Sciences des Aliments I 6
UE7.4 – Communication et Langues I 4
UE7.5 – Méthodologie de Recherche I 3
UE7.6 – Optionnelles Libres 2
Total – semestre 7 30
Semestre 8  
UE8.1 – Connaissances de l’Entreprise Agro-Alimentaire II 5
UE8.2 –Technologies de Transformation 4
UE8.3 –Sciences de l’Ingénieur IAA II 6
UE8.4 –Evaluation de la Qualité I 7
UE8.5 – Environnement Technique de l’Entreprise AA 6
UE8.5 – Optionnelles Libres 2
Total – semestre 8 30
Semestre 9  
UE 9.1 – Approche et démarche de développement de nouveaux produits 5
UE 9.2 – Evaluation de la qualité 3
UE 9.3 – Organisation de la R&D par l’Entreprise 6
UE 9.4 – Produits naturels et innovation 8
UE 9.5 – Valorisation Non Alimentaire des productions agricoles (VANA) 6
UE9.6 – Optionnelles libres en S9 2
Total – semestre 9 30
Semestre 10  
UE10 – Mémoire de fin d’études 30
Total – semestre 10 30
TOTAL 120

Organisation de la formation :

Ce programme de MASTER est constitué de 4 semestres (S7, S8, S9 et S10) dont le S7 et S8 sont dédiés à l’acquisition des méthodes de recherche et des techniques de base de l’ingénierie nécessaires pour cette mention.

Poursuite des études :

A l’issue de leurs études en Sciences de l’Ingénieur de la mention Industries Agricoles et Alimentaires, l’étudiant va pourvoir choisir soit une carrière professionnelle, soit d’entrer dans le domaine de la recherche ou poursuivre une étude doctorale académique et/ou éventuellement choisir une carrière académique.

Historique de l’IAA

DÉPARTEMENT INDUSTRIES AGRICOLES ET ALIMENTAIRES

Le Département I. A. A. est le cinquième département de l’ESSA, créé en 1975; en tant que Département d’une institution universitaire, il assume des activités de formation et de recherche, tout en assurant des prestations de service en appui aux industries agricoles et alimentaires et aux organismes œuvrant dans ce domaine.

  1. ENSEIGNEMENTS

 11- Objectifs pédagogiques :

  • Formation des Ingénieurs agronomes, spécialisation IAA
  • Formation post-universitaire en Sciences et Technologies Alimentaires  Formation continue et recyclages à la carte.

 12- Corps enseignants

  1. a) Enseignants permanents :

3 professeurs Titulaire + 1 professeur et 8 Docteurs formés à Madagascar, France, URSS, Allemagne, Suède, Chine, USA et Canada, spécialisés en produits naturels, chimie organique et analytique, Technologie, Génie Industriel Alimentaire, Biochimie, Microbiologie, Nutrition, Toxicologie, Emballage et conditionnement et Informatique.

  1. b) Enseignants vacataires :

Spécialiste et expert en : Normalisation, Sciences économiques et Sciences humaines.

 

 13- Personnel technique

Le Département possède 3 PAT.

 

  1. RECHERCHE

Travaux d’encadrement des mémoires de fin d’études et des thèses sur six (06) pôles d’orientation :

  • Nutrition, Toxicologie et Biochimie Alimentaires
  • Microbiologie et Biotechnologie Alimentaires
  • Recherche et valorisation des produits naturels
  • Technologie et Génie Industriel Alimentaire
  • Socio-Economie des IAA
  • Gestion de la qualité

 

3. Prestations de services extérieurs

 

  • Convention d’analyse et contrat de recherche
  • Appui au secteur professionnel (formulation de fabrication, procédés de fabrication, systèmes de qualité, perfectionnement des cadres et des techniciens, formation à la carte et en entreprise…)
  • Audit technico-économique d’entreprises Agro-alimentaires
  • Diagnostic et études sur terrain
  • Analyse de produits agricoles et alimentaires (notamment huiles essentielles, matières grasses, produits sucrés, alcools et eaux-de-vie,…)

 

4. Relations extérieures

 

  • Relations de collaboration à des degrés divers avec des institutions universitaires et de recherche: Institut Supérieur Polytechnique de Madagascar, DRT/FOFIFA (Madagascar), Université d’Aix-Marseille III, ENSIA/SIARC de Montpellier, Université Suédoise des Sciences de l’Agriculture, Uppsala, Suède, c’est-à-dire une couverture et une contribution aux travaux scientifiques nationaux et internationaux.

 

  • Projet BAD/FAD I sur le renforcement des structures éducatives à Madagascar (formation des formateurs, équipement de laboratoire, infrastructures, assistance technique, matériels pédagogiques et matériels roulants…)

Accord interuniversitaire (université et Etablissement Universitaire : Ex-Marseille III, ENSIA/SIARC de MontPellier,

 

PARTENARIAT LOCAL

 

Partenaires Objet du partenariat
Instituts, Ecoles: ESPoly. A, ISPM, Fac Sciences… –  Enseignement

–  Recherche

Opérateurs et industries –  Formations

–  Expertise

–  Recherche appliquée (mémoires)

–  Accueil de stagiaires

–  Visites d’usine

Centres et laboratoires de recherche: FOFIFA, CNRE, CNARP… –  Recherches communes

–  Expertises

 

PARTENARIAT EXTÉRIEUR

 

Partenaires Objet du partenariat
LEGTA – Réunion –  Formation de techniciens supérieurs

–  Echange d’expérience

ENSIA/SIARC – Montpellier –  Enseignement

–  Recherche

–  Formation de formateurs

–  Confection de supports pédagogiques

–  Acquisition de matériels pédagogiques

ENSAIA –  Nancy; IUT de Quimper; –  Enseignement

–  Recherche

–  Formation de formateurs

Université d’Aix-Marseille III –  Enseignement

–  Recherche

–  Formation de formateurs

–  Acquisition de matériel de laboratoire

             Swedish       University        of

Agricultural Sciences

–  Formation de formateurs

–  Recherche

CIRAD – Réunion – Recherche

 

5- RESSOURCES MATÉRIELLES

 

  • Des matériels pédagogiques incluant des matériels audiovisuels : vidéoprojecteurs, magnétoscope, moniteur, projecteur de diapositives, etc.
  • Un laboratoire d’analyses physico-chimiques, prochainement renforcé par trois nouveaux laboratoires (Physico-chimie, Microbiologie et biotechnologie, Biochimie, nutrition et toxicologie) et un atelier-pilote (Halle de technologie alimentaire), l’ensemble sur une surface utile de 1100 m2.
  • Des matériels portables pour les mesures sur site (pH, Indice de réfraction, conductivité, hygrométrie, DBO, etc.).
  • Des véhicules pour les déplacements sur terrain et voyages d’études (2 cars, 1 pick-up).
  • Des salles de cours.
  • Un centre de documentation comprenant : ouvrages scientifiques et techniques, revues spécialisées, Thèses et Mémoires de fin d’études.

6.- Perspectives de développement et partenaires

 

Dans un proche avenir, avec la mise en route des installations du nouveau bâtiment (projet BAD/FAD 1), le Département IAA deviendrait un Centre de Formation et de Recherche Agro-alimentaire doté de compétences humaines diversifiées, appuyées par des moyens matériels uniques à Madagascar.

Son ambition est de jouer un rôle accru dans la Recherche – Développement en partenariat avec les autres organismes de recherche et surtout au service des entreprises du secteur agro-alimentaire

 

Historique de l’ESSA – IAA

HISTORIQUE DE L’ESSA

I- TOPONOMIE

L’ESSA est le résultat du processus de développement de la formation agricole à Madagascar.
Avant les années 50, les établissements d’enseignement agricole visaient surtout la formation de contremaîtres agricoles appelés à seconder les techniciens métropolitains de l’époque coloniale.
L’École Supérieure d’Agriculture de Madagascar fut créée en 1952. Les candidats étaient recrutés au niveau du Baccalauréat pour un cycle de trois ans, pour être envoyés ensuite à l’École Supérieure d’Application d’Agriculture Tropicale de Nogent-sur-Marne en France.
A partir de 1955, le Collège Agricole de Madagascar (CAM) forma les conducteurs de travaux agricoles et le recrutement se faisait après le Brevet Élémentaire. Les cadres formés étaient alors appelés à seconder les ingénieurs français travaillant au sein des collectivités rurales et des Secteurs de paysannat.
En Mars 1963, l’École Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) a ouvert ses portes dans les locaux de l’ancienne École d’Assistants d’Élevage d’Ampandrianomby à Antananarivo. Établissement d’Enseignement Supérieur relevant de l’Université de Madagascar, l’ENSA recrutait alors ses élèves parmi les candidats issus de la Propédeutique Sciences (SPCN) de la Faculté des Sciences et des professionnels après test de niveau. A la suite de la suppression de la Propédeutique en 1967, le recrutement s’effectua au niveau du DUES.
La formation supérieure agricole va connaître un tournant avec la création en 1969 de l’Institut Universitaire de Technologie Agricole. L’enseignement dure trois ans et comprend:
– une première année de formation agronomique générale (tronc commun)
– une seconde année de pré-spécialisation
– une année de spécialisation.
Il y avait alors quatre options: agriculture, élevage, eaux et forêts, économie et gestion agricole.
L’Institut Universitaire de Technologie Agricole céda la place en 1974 à l’Établissement d’Enseignement Supérieur des Sciences Agronomiques ( EESSA ), avec un cursus d’études de quatre ans et un recrutement par voie de concours après un Baccalauréat scientifique ou agricole. La mise en place de l’EESSA va se prolonger dans le contexte national en 1975. Depuis cette année, le nombre de places mises au concours d’entrée a été porté à 100 et le cinquième département (Industries Agricoles et Alimentaires) fut créé.
La crise économique et sociale à partir des années 80 va bouleverser l’état des choses. Avec l’intervention des bailleurs de fonds, et en particulier de la Banque Mondiale, avec la mise en oeuvre de la politique d’ajustement structurel et de libéralisation, les enseignants de l’EESSA se sont mis à remodeler progressivement les programmes d’études en fonction du fait que les cadres formés intégraient de plus en plus le secteur privé ou voulaient également s’installer à leur propre compte.
Par conséquent, dès l’année 1985, les axes de réorientation du programme d’enseignement se précisèrent et le profil d’ingénieur d’exécution allait céder la place à celui d’ingénieur de conception. Fin 1986, l’École Supérieure des Sciences Agronomiques ( ESSA ) a vu le jour et le cursus d’études passe alors de quatre à cinq années, avec l’ambition de renforcer les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles des cadres sortants et surtout les rendre plus opérationnels.
Actuellement l’ESSA est une entité autonome au sein de l’Université d’Antananarivo et se caractérise par son régime de Grande École. A cette époque, le Ministère de l’Enseignement Supérieur a entamé la mise en oeuvre d’une réorientation générale des objectifs et du contenu de l’enseignement supérieur à Madagascar:  » on devait s’orienter vers un processus de gestion privée de l’institution universitaire « .
Par ailleurs, une volonté affirmée de mieux faire cadrer la formation universitaire avec les réalités du pays existe réellement et se traduit à deux niveaux: d’une part, les opérateurs économiques sont conviés à devenir des partenaires à part entière dans la formation et dans la recherche universitaire; d’autre par l’accent est actuellement mis sur la professionnalisation de la formation et des produits universitaires, ainsi que sur l’adéquation formation/emploi.
La tendance va dans le sens d’une meilleure valorisation de l’enseignement pratique sur le terrain et d’une meilleure intégration des élèves dans le milieu professionnel, dans le souci de mieux appréhender les besoins réels du pays. Cela est illustré actuellement par la recherche de collaborations plus étroites avec le milieu professionnel et avec les opérateurs économiques. L’ESSA doit répondre à des besoins exprimés.

CURSUS D’INGENIEURS

Brève Note sur le Cursus d’Ingénieurs Agronomes à l’ESSA :
Ouverte en mars 1963 sous l’ appellation Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA), pour devenir, après deux mutations, l’Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques, l’ESSA est l’unique établissement public de formation d’Ingénieurs Agronomes à Madagascar, spécialisés dans l’une des cinq options offertes par l’Ecole.
Grâce à un corps professoral spécialisé de haut niveau, conforté par des interventions de professionnels du secteur, et de bonnes infrastructures de formation et de recherche (laboratoires, bibliothèque, véhicules,…), l’ESSA a toujours prôné l’ « Excellence au service du développement » tant au niveau rural qu’agro-industriel. Ainsi, le cursus de 5 ans est constitué par un régime intensif (12 mois par année), composé de cours, travaux dirigés, et Travaux Pratiques en salle ou sur terrain, sorties et visites d’exploitations, stages en milieu rural ou industriel. Un seul redoublement toléré durant la scolarité.
Mentions, écoles doctorales
Suite à la mise en oeuvre du Système LMD, l’ESSA (Domaine Sciences Agronomiques et Environnementales) comprend aujourd’hui les Mentions suivantes :
En cycle de Licence :
La Mention Licence en Sciences Agronomiques et Environnementales

En cycle de Master :
1) La Mention Agriculture tropicale et développement durable AT2D,Spécialisation dans les productions végétales avec deux parcours :
(1) Biofonctionnement des sols et environnement
(2) Agriculture tropicale
2) La Mention Foresterie et Environnement,Spécialisation dans la foresterie, l’aménagement forestier et environnement avec deux parcours
(1)Ecosystème et biodiversité
(2)Environnement, territoires et développement
3) La Mention Industrie Agricoles et Alimentaires IAA,Spécialisation dans la conservation et transformation des produits d’origine agricole avec deux parcours
(1) Génie des procédés et technologies de transformation (GPTT) et
(2) Innovation Recherche et développement (IRD)
4) La Mention Sciences Animales,Spécialisation dans les productions animales avec trois parcours
(1) Ruminants (2) Monogastriques et (3) Halieutiques
5° La Mention AgroManagement,Spécialisation dans les sciences sociales, économie et gestion appliquées au développement rural avec deux parcours (1) Agroéconomie (2) Management d’entreprise

L’ESSA accueille aussi trois écoles doctorales :HISTORIQUE DE L’ESSA
I- TOPONOMIE
L’ESSA est le résultat du processus de développement de la formation agricole à Madagascar.
Avant les années 50, les établissements d’enseignement agricole visaient surtout la formation de contremaîtres agricoles appelés à seconder les techniciens métropolitains de l’époque coloniale.
L’École Supérieure d’Agriculture de Madagascar fut créée en 1952. Les candidats étaient recrutés au niveau du Baccalauréat pour un cycle de trois ans, pour être envoyés ensuite à l’École Supérieure d’Application d’Agriculture Tropicale de Nogent-sur-Marne en France.
A partir de 1955, le Collège Agricole de Madagascar (CAM) forma les conducteurs de travaux agricoles et le recrutement se faisait après le Brevet Élémentaire. Les cadres formés étaient alors appelés à seconder les ingénieurs français travaillant au sein des collectivités rurales et des Secteurs de paysannat.
En Mars 1963, l’École Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) a ouvert ses portes dans les locaux de l’ancienne École d’Assistants d’Élevage d’Ampandrianomby à Antananarivo. Établissement d’Enseignement Supérieur relevant de l’Université de Madagascar, l’ENSA recrutait alors ses élèves parmi les candidats issus de la Propédeutique Sciences (SPCN) de la Faculté des Sciences et des professionnels après test de niveau. A la suite de la suppression de la Propédeutique en 1967, le recrutement s’effectua au niveau du DUES.
La formation supérieure agricole va connaître un tournant avec la création en 1969 de l’Institut Universitaire de Technologie Agricole. L’enseignement dure trois ans et comprend:
– une première année de formation agronomique générale (tronc commun)
– une seconde année de pré-spécialisation
– une année de spécialisation.
Il y avait alors quatre options: agriculture, élevage, eaux et forêts, économie et gestion agricole.
L’Institut Universitaire de Technologie Agricole céda la place en 1974 à l’Établissement d’Enseignement Supérieur des Sciences Agronomiques ( EESSA ), avec un cursus d’études de quatre ans et un recrutement par voie de concours après un Baccalauréat scientifique ou agricole. La mise en place de l’EESSA va se prolonger dans le contexte national en 1975. Depuis cette année, le nombre de places mises au concours d’entrée a été porté à 100 et le cinquième département (Industries Agricoles et Alimentaires) fut créé.
La crise économique et sociale à partir des années 80 va bouleverser l’état des choses. Avec l’intervention des bailleurs de fonds, et en particulier de la Banque Mondiale, avec la mise en oeuvre de la politique d’ajustement structurel et de libéralisation, les enseignants de l’EESSA se sont mis à remodeler progressivement les programmes d’études en fonction du fait que les cadres formés intégraient de plus en plus le secteur privé ou voulaient également s’installer à leur propre compte.
Par conséquent, dès l’année 1985, les axes de réorientation du programme d’enseignement se précisèrent et le profil d’ingénieur d’exécution allait céder la place à celui d’ingénieur de conception. Fin 1986, l’École Supérieure des Sciences Agronomiques ( ESSA ) a vu le jour et le cursus d’études passe alors de quatre à cinq années, avec l’ambition de renforcer les connaissances scientifiques, techniques et professionnelles des cadres sortants et surtout les rendre plus opérationnels.
Actuellement l’ESSA est une entité autonome au sein de l’Université d’Antananarivo et se caractérise par son régime de Grande École. A cette époque, le Ministère de l’Enseignement Supérieur a entamé la mise en oeuvre d’une réorientation générale des objectifs et du contenu de l’enseignement supérieur à Madagascar:  » on devait s’orienter vers un processus de gestion privée de l’institution universitaire « .
Par ailleurs, une volonté affirmée de mieux faire cadrer la formation universitaire avec les réalités du pays existe réellement et se traduit à deux niveaux: d’une part, les opérateurs économiques sont conviés à devenir des partenaires à part entière dans la formation et dans la recherche universitaire; d’autre par l’accent est actuellement mis sur la professionnalisation de la formation et des produits universitaires, ainsi que sur l’adéquation formation/emploi.
La tendance va dans le sens d’une meilleure valorisation de l’enseignement pratique sur le terrain et d’une meilleure intégration des élèves dans le milieu professionnel, dans le souci de mieux appréhender les besoins réels du pays. Cela est illustré actuellement par la recherche de collaborations plus étroites avec le milieu professionnel et avec les opérateurs économiques. L’ESSA doit répondre à des besoins exprimés.

CURSUS D’INGENIEURS
Brève Note sur le Cursus d’Ingénieurs Agronomes à l’ESSA :
Ouverte en mars 1963 sous l’ appellation Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA), pour devenir, après deux mutations, l’Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques, l’ESSA est l’unique établissement public de formation d’Ingénieurs Agronomes à Madagascar, spécialisés dans l’une des cinq options offertes par l’Ecole.
Grâce à un corps professoral spécialisé de haut niveau, conforté par des interventions de professionnels du secteur, et de bonnes infrastructures de formation et de recherche (laboratoires, bibliothèque, véhicules,…), l’ESSA a toujours prôné l’ « Excellence au service du développement » tant au niveau rural qu’agro-industriel. Ainsi, le cursus de 5 ans est constitué par un régime intensif (12 mois par année), composé de cours, travaux dirigés, et Travaux Pratiques en salle ou sur terrain, sorties et visites d’exploitations, stages en milieu rural ou industriel. Un seul redoublement toléré durant la scolarité.
Mentions, écoles doctorales
Suite à la mise en oeuvre du Système LMD, l’ESSA (Domaine Sciences Agronomiques et Environnementales) comprend aujourd’hui les Mentions suivantes :
En cycle de Licence :
La Mention Licence en Sciences Agronomiques et Environnementales

En cycle de Master :
1) La Mention Agriculture tropicale et développement durable AT2D,Spécialisation dans les productions végétales avec deux parcours :
(1) Biofonctionnement des sols et environnement
(2) Agriculture tropicale
2) La Mention Foresterie et Environnement,Spécialisation dans la foresterie, l’aménagement forestier et environnement avec deux parcours
(1)Ecosystème et biodiversité
(2)Environnement, territoires et développement
3) La Mention Industrie Agricoles et Alimentaires IAA,Spécialisation dans la conservation et transformation des produits d’origine agricole avec deux parcours
(1) Génie des procédés et technologies de transformation (GPTT) et
(2) Innovation Recherche et développement (IRD)
4) La Mention Sciences Animales,Spécialisation dans les productions animales avec trois parcours
(1) Ruminants (2) Monogastriques et (3) Halieutiques
5° La Mention AgroManagement,Spécialisation dans les sciences sociales, économie et gestion appliquées au développement rural avec deux parcours (1) Agroéconomie (2) Management d’entreprise

L’ESSA accueille aussi trois écoles doctorales :
L’école doctorale Gestion des ressources naturelles et développement GRND
L’école doctorale Agriculture, élevage et développement
L’école doctorale genie Chimique et genie des procedés© Rabaddy 2016

L’école doctorale Gestion des ressources naturelles et développement GRND
L’école doctorale Agriculture, élevage et développement
L’école doctorale génie Chimique et génie des procédés